Faut-il avaler la fumée d’une cigarette électronique

Publié le : dans Comment utiliser cigarette électronique par

Avaler la « fumée » d’une cigarette électronique : comment bien vapoter ?

Dans le monde de la cigarette electronique, les vapoteurs préfèrent appeler « vapeur » la fumée qui sort du drip tip et qu’ils inhalent. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agit effectivement de vapeur et non pas de fumée, celle-ci étant réservée au vocabulaire de la cigarette de tabac.

Oui, vous pouvez avaler, ou plus précisément aspirer, la vapeur d’une cigarette électronique. En revanche si celle-ci émet de la fumée, arrêtez immédiatement de vaper. De la fumée qui s’échappe d’une ecigarette n’est pas bon signe. Quant à la vapeur, elle, c’est tout à fait le but de l’ecig : produire un nuage vaporeux et aromatisé que vous pouvez aspirer.

Quand on commence la vape, ce n’est pas tout de suite simple d’apprendre à bien vapoter. Faut-il avaler la vapeur ou la crapoter ? Neovapo vous explique comment bien vaper et s’il faut oui ou non avaler la « fumée » d’une cigarette électronique !

Vapoter vs fumer : ce n’est pas la même chose

Les vapoteurs débutants ont tendance à rester attachés à leurs vieilles habitudes lorsqu’ils commencent la vape. Et c’est bien normal : il faut un temps d’adaptation quand on vapote avec une cigarette électronique pour la première fois.

Il est important de savoir que vapoter n’est pas fumer. Vapoter est un mot inventé qui tire sa racine du terme « vapeur » et qui se définit par l’action d’inhaler la vapeur d’une cigarette électronique. Il s’oppose au verbe fumer qui veut dire aspirer la fumée produite par une cigarette de tabac.

L’e-cigarette ne produit donc pas de fumée, mais bien de la vapeur, ce qui fait toute la différence. Et leur distinction ne s’arrête pas là : on ne vape pas avec une vapote de la même manière qu’on fume avec une cigarette. Ce sont deux actions faussement similaires, mais qui, en réalité, diffèrent complètement.

Pas de panique, il suffit de quelques puffs quand vous débutez la vape pour trouver le rythme et le tirage parfaits. C’est seulement une histoire d’habitude et de répétition. Une fois la bonne manière de vapoter acquise, vous n’avez plus qu’à profiter de votre délicieuse vapeur !

Peut-on avaler la vapeur de son e-cigarette ?

Le vapoteur peut tout à fait avaler la vapeur produite par son e-cigarette. S’il est un ancien fumeur, il est même probablement incapable de faire autrement. Le fumeur ne crapote pas et avale la fumée de sa cigarette. Il en est de même pour celui ou celle qui vapote avec une cigarette électronique.

Lorsque vous prenez une bouffée de vapeur, le nuage reste un instant dans votre bouche avant de descendre dans votre gorge et aller dans vos poumons. Le tirage de la vapeur se fait de manière plus ou moins aérienne ou serrée selon la façon dont vous vapotez (vape dl ou vape mtl).

Si vous toussez lorsque vous vapez avec une e-cigarette, pas de panique. Dans le cas où il s’agirait de vos premiers puffs, c’est normal, il en faut deux ou trois pour bien vous habituer. Si la toux persiste, c’est sans doute parce que vous avez effectué un mauvais réglage de votre appareil de vap. Un airflow trop ouvert, une résistance inadaptée dans son clearomiseur ou une batterie trop puissante sont les explications les plus fréquentes.

Le mieux pour ne pas tousser en vapotant et avaler correctement la fumée de sa vapote est d’apprendre à bien vaper.

2 manières de vaper avec une cigarette électronique

Il existe 2 manières de vapoter avec une cigarette électronique :

  • En inhalation indirecte (vape MTL ou vape serrée)
  • En inhalation directe (vape DL ou vape subohm)

Nous recommandons la vape serrée pour les vapoteurs débutants. La vape dl est très aérienne et produit une quantité de vapeur intense et abondante. Lorsque vous tirez sur le drip tip pour inhaler la vapeur, c’est un nuage très dense que vous avalez et qui se dirige en one shot dans les poumons. Le hit en gorge, la sensation de picotement que vous ressentez lors de l’aspiration, est puissant.

Au contraire, la vape mtl est plus douce et plus intuitive. Elle ressemble de près au tirage de la cigarette classique. Le flux d’air est mince et plus assimilable pour le vapoteur qui n’a pas l’habitude de vaper. Pour commencer ses pauses vaping, le tirage serré est indispensable. L’inhalation indirecte est la manière de vapoter la plus plébiscitée et la plus courante chez les vapoteurs.

Vape MTL : comment avaler la vapeur d’une ecig ?

La vape MTL veut littéralement dire Mouth to Lung(de la bouche au poumon). C’est la manière la plus fréquente de vapoter, parce que c’est une façon simple et intuitive de tirer sur sa cigarette électronique.

Le volume de vapeur inhalé est mince et similaire à la quantité de fumée avalée lorsqu’on tire sur le filtre d’une cigarette de tabac. Grâce au tirage mtl, les fumeurs de longue date ne sont pas déboussolés quand ils commencent la vap.

L’inhalation indirecte se fait en deux temps : la vapeur remplit la bouche avant de couler dans les poumons. Le hit en gorge est ainsi moins violent que pour la vape dl et plus assimilable. Les arômes de l’e-liquide sont également accentués avec cette technique de vaping. Les sensations sont plus subtiles et plus authentiques. Plus la fumée reste dans la bouche et plus les saveurs sont prononcées.

Mais pour cela, privilégiez des liquides pour cigarette électronique avec une composition plus riche en propylène glycol qu’en glycérine végétale. Le pg rehausse le parfum des arômes alimentaires et permet la vaporisation d’une vapeur plus fine et moins dense que pour les eliquides plus riches en vg.

Pour arrêter de fumer, la vape mtl est indispensable. Pensez à vous équiper d’un matériel de vap’ adapté à ce type de vapotage. Le clearomiseur MTL Zenith ou Zenith pro d’Innokin s’équipe par exemple de résistances avec une valeur élevée, supérieure à 0.8 Ohm. Les impédances supérieures à 1 ohm sont recommandées pour la vape serrée.

De même, choisissez des batteries dont la puissance maximale est inférieure à 100 watts. Selon votre niveau de consommation, vous aurez ensuite à décider de l’ampérage (en mAh) idéal pour vaper avec une autonomie plus ou moins grande.

Vape DL : comment inhaler la fumée de la vapote ?

La vape DL veut littéralement dire Direct to Lung (directement dans le poumon). Comme son nom l’indique, la vapeur avalée se rend aussitôt dans les poumons. Le tirage est saisissant et peut être perturbant la première fois. Dans le cas de l’inhalation directe, il faut avaler la fumée de l’e-cigarette dès que vous tirez sur le drip tip. La vape dl s’adresse aux vapoteurs expérimentés.

Le hit en gorge est nettement plus fort que pour la vape serrée. La quantité de vapeur est, elle aussi, bien plus impressionnante. Ce type de tirage aérien procure les mêmes sensations que si vous aspiriez l’air d’un ballon. Pour les fumeurs de chicha, les ressentis en termes de vapeur sont similaires.

Cette manière de vapoter est souvent associée à la vape subohm. Le sub-ohm indique que la vapeur est très chaude, notamment grâce à l’utilisation d’un atomiseur dont la valeur est basse (inférieure à 1 ohm). Dans la vap, plus la résistance est basse et plus la vapoteuse est puissante.

Un atomizer avec une impédance basse nécessite du matériel de vaping adapté. Les clearomiseurs subohms sont essentiels, de même que l’utilisation d’une batterie suffisamment puissante pour chauffer la résistance. Nous vous recommandons des mods d’une capacité maximale de plus de 100W.

Pour bien vaper avec une aspiration directe, il faut suffisamment chauffer l’e-liquide pour avoir une bonne vape subOhm. Vapotez rapidement pour éviter le dry hit. Diminuez le dosage de nicotine si vous souhaitez profiter d'un tirage aérien de la vapeur, autrement le hit sera trop piquant et vous grattera la gorge.

La marque de cigarette électronique Smok est une reine en matière de fabrication de vapotes subohms et destinées à l’inhalation directe.

Première ecigarette : les règles pour bien avaler la vapeur (et ne pas tousser)

Quand on commence la vape, ce n’est pas évident de savoir comment bien vapoter pour ne pas tousser. Si à première vue cela paraît simple, en réalité, un déréglage de l’e-cig ou une mauvaise aspiration et la toux du vapoteur est vite arrivée.

Voici 5 règles à appliquer et à vérifier pour réussir à bien avaler la fumée de la cigarette électronique :

  • Prendre des puffs longs et espacés
  • Privilégier la vape MTL quand on débute dans le vapotage
  • Régler correctement ses arrivées d’air (airflow)
  • Utiliser une résistance adaptée à son appareil de vape
  • Choisir un bon dosage de nicotine

Pour réussir sa session vaping, tout est une histoire d’équilibre. Plus votre vape est harmonieuse et bien dosée, adaptée à vos besoins, et mieux vous profitez de votre expérience vapeur.

Comment bien avaler la vapeur en tirant sur son drip tip ?

Quand le vapoteur débutant commence à vaper, il n’est pas rare qu’il conserve ses habitudes de fumeur. Comme sur le filtre de sa blonde, il tire vite et successivement sur le filtre et avale la fumée de manière précipitée. Faites cela avec une e-cigarette et c’est la toux assurée !

Pour bien tirer sur l’embout buccal de son ecig, prenez des puffs longs et espacés. Dans l’idéal, une aspiration dure entre 3 et 6 secondes. Si cela peut vous paraître long au début, vous verrez que c’est seulement une habitude à prendre. Comme pour une chicha, inspirez longuement sur votre drip tip pour avaler la vapeur.

Patientez quelques minutes entre deux bouffées de vapeur. Si vous faites ce que la communauté des vapoteurs appelle le chain vaping, vous risquez de brûler la mèche de votre résistance. Le dry hit vous pend au nez ! Les coils (fils résistifs en métal) de la résistance et le coton n’ont pas le temps de se réimbiber d’e-liquide. Résultat, l’ato brûle et c’est le dry hit (goût de brûlé désagréable lors de l’aspiration).

Régler l’airflow pour obtenir une bonne aspiration

L’airflow désigne les arrivées d’air du clearomiseur. Ils ont la forme de petits trous par lesquels passe l’air qui influence la densité de la valeur inhalée. Sur les tanks modernes, une bague rotative est ajoutée pour permettre aux vapoteurs de moduler leur flux d’air.

Plus les vapoteurs ferment l’airflow et plus le tirage de la vapeur est serré. Le mode de vape se rapproche de l’inhalation indirecte. Au contraire, plus ils ouvrent l’airflow et plus le tirage de la vapeur est aérien. Le mode de vape se rapproche de l’inhalation directe.

L’airflow se situe en bas du clearomizer ou en haut, près du top cap. La plupart des atomiseurs sont équipés d’arrivées d’air aujourd’hui. Il faut faire attention lors du remplissage de sa cigarette électronique de bien le fermer pour ne pas provoquer de fuites d’e-liquide.

L’avantage de l’airflow est qu’il vous permet d’ajuster votre volume de vapeur en fonction des situations. Lors d’une pause vape au travail, réduisez l’épaisseur de votre nuage en refermant les arrivées d’air. Quand vous êtes entre ami et en pleine session de cloud chasing, ouvrez-le au maximum pour profiter de votre énorme vapeur.

Quelle résistance choisir pour quelle vapeur ?

La résistance est l’élément clef de votre vapotage. C’est elle qui définit la température de votre vapeur. Elle dispose d’une valeur exprimée en ohm et d’une plage de puissance exprimée en watts. Il convient de respecter les propriétés de votre atomiseur.

Si, par exemple, la résistance a une plage de puissance comprise entre 12W et 25W, ne tentez pas le diable en poussant votre batterie à plus de 25W. Autrement, votre résistance se carbonise, vous ressentez le dry hit et vous venez de gâcher un atomizer tout neuf.

Une résistance se choisit en fonction du matériel de vape dont vous disposez, mais également selon le type de vapotage que vous recherchez. Nous conseillons aux vapoteurs novices de commencer avec des résistances dont la valeur excède 0.8 ohm. La vape subohm n’est possible qu’avec des têtes d’atomiseur dont la valeur est inférieure à 1 ohm.

Pour résumer, voici comment choisir la résistance d’une cigarette électronique :

  • Les résistances sub-ohm (inférieures à 1 ohm) : s’utilisent avec des clearomiseurs subohms et des batteries de plus de 100W. Elles sont idéales pour la vape aérienne en inhalation directe et peuvent supporter des liquides High VG pour le cloud chasing.
  • Les résistances supérieures à 1 ohm : s’utilisent avec des clearomiseurs MTL, qui produisent de la vapeur chaude à tiède et des batteries de moins de 100W. Elles sont adaptées pour les vapoteurs débutants et pour une vape serrée en inhalation indirecte. Privilégiez les e-liquides avec un ratio pg vg supérieur en propylène glycol.

La nicotine et son influence sur sa vape

La nicotine est la substance indispensable dans la composition de son liquide pour cigarette électronique. Elle l’est en particulier quand on arrête de fumer et qu’on commence la vape. C’est cette substance psychoactive intense qui provoque la dépendance au tabac et qui est la cause des effets du manque ressenti lors d’un sevrage tabagique.

Nausées, maux de tête, fatigue, angoisses sont le lot des fumeurs qui cherchent à se libérer de leur addiction à la nicotine. La cigarette électronique est là pour empêcher le manque de se faire ressentir. Son avantage considérable est de permettre aux vapoteurs de réduire progressivement et à leur rythme le dosage de nicotine de leur e-liquide.

En ayant le contrôle sur la dose de nicotine absorbée, il devient plus facile de limiter et de gérer les effets liés au sevrage du tabac. C’est pourquoi l’e-cigarette est une aide utile pour les fumeurs qui veulent stopper la cigarette.

Mais pour bien vaper, encore faut-il choisir le bon dosage de nicotine. Il ne faut ni la surdoser, ni la sous-doser. Pour calculer le taux idéal de nicotine dans son e-liquide, fiez-vous à votre consommation de tabac habituelle. Plus vous fumiez et plus votre besoin de nicotine augmente.

On estime ainsi que 4mg/ml correspond à 10 ou 15 cigarettes fumées par jour ; 8mg/ml correspond à 15 ou 20 clopes par jour ; 11mg/ml équivaut à environ 20 cigarettes consommées dans la journée et 18mg/ml est un dosage parfait pour les grands fumeurs de plus de 30 cigarettes par jour.

Comment vapoter ? 5 étapes pour un être pro du vaping

Désormais, vous savez qu’il faut avaler la fumée de la cigarette électronique (qu’on appelle « vapeur » dans l’univers du vaping). Crapoter la vapeur n’aura pas les mêmes effets que si vous l’inhalez. Vous pourriez ressentir le manque lié à l’absence de consommation de nicotine et vous ne souffleriez que des nuages à peine existants.

Le fumeur a l’habitude d’avaler la fumée. Le vapoteur poursuit cette habitude en avalant la vapeur de la vapoteuse. Pour devenir un expert de la vape, voici 5 étapes pour bien vaper et réussir toutes ses sessions de vapotage !

  • Vérifier l’état de sa vapote

Vérifiez que votre batterie soit chargée à 100 % avant de vaper. Une panne en plein milieu de sa pause vape n’est jamais agréable. Utilisez le câble micro-USB ou USB C fourni avec votre kit de cigarette électronique. Pour les accumulateurs, privilégiez le chargeur d’accu externe et ayez toujours une petite réserve d’accus 18650 avec vous !

Pour rappel : l’autonomie en mAh de votre ecig est primordiale. Plus vous êtes un grand fumeur et plus vous avez besoin d’une batterie qui tient dans la durée. C’est pour cela que Neovapo a mis en place trois catégories de kits complets, chacun étant adapté aux besoins des petits, moyens et grands fumeurs.

  • Appuyer sur le bouton switch

Le bouton switch, également appelé bouton Fire ou de mise à feu, est l’interrupteur situé sur le mod. Certaines e-cig comme le stick Ego aio eco friendly de Joyetech en sont dépourvues. Elles disposent dans ce cas d’un système de tirage automatisé : dès que vous tirez sur le drip tip, la batterie s’enclenche et l’e-liquide se vaporise.

Pour les autres, il vous suffit d’appuyer le bouton switch pour enclencher la batterie. Elle envoie un courant électrique vers la résistance qui se met à chauffer.

  • Inhaler la vapeur

C’est le moment de tirer sur l’embout buccal de votre e-cigarette ! Creusez-les joues pour inhaler la vapeur qui a remonté par la cheminée jusqu’au drip tip. Tirez doucement et lentement sur votre vapote. On le rappelle, un puff long d’au moins 3 secondes est nécessaire pour profiter pleinement de son expérience vape.

  • Avaler la vapeur

Ne gardez pas la vapeur trop longtemps dans la bouche. Autrement, vous ne soufflerez que très peu de vapeur et vous n’aurez pas les sensations attendues lors de l’aspiration. Avalez la vapeur et laissez-la glisser dans votre gorge jusqu’aux poumons.

  • Attendre quelques secondes entre deux puffs

Avant de recommencer l’expérience et tirer de nouveau sur votre vaporisateur, attendez 1 à 5 secondes entre deux bouffées de vapeur. Cela permettra à la mèche et au fil résistif de la résistance de s’imprégner de nouveau de liquide avant de le vaporiser. Des mèches ou des coils secs provoquent le dry hit, ce qu’on veut à tout prix éviter.

N’oubliez pas de laisser de côté vos habitudes de fumeur et de ne pas pratiquer le chaing vaping. Si vous avez l’impression de devoir vite combler votre besoin de nicotine en vapotant très vite, c’est que le dosage de vos flacons n’est pas adapté à vos besoins réels de consommation.

Espacez les puffs permet aussi de ne pas faire surchauffer la vaporette !

Faut-il avaler la fumée d’une cigarette électronique

En relation
Comment fumer cigarette électronique
Publié le : 09/01/2021
Pourquoi cigarette electronique fuit
Publié le : 13/01/2021
Comment regler cigarette electronique
Publié le : 12/01/2021
Cigarette electronique gout de brulé
Publié le : 13/01/2021
Livraison express
LIVRAISON EXPRESS

Livré en 24h par chronopost

Livraison gratuite
LIVRAISON GRATUITE

A partir de 19€

Paiement sécurisé
PAIEMENT SÉCURISÉ

100% sécurisé par carte bancaire

Paiement 3x sans frais
FACILITÉ PAIEMENT

Paiement 3x sans frais